Betis Seville 1-0 Vitória SC
24 octobre 2013
« Après notre qualification acquise le week-end dernier, en Taça de Portugal sur la pelouse de Fátima (0-3), on se déplaçait cette fois-ci à Séville, pour affronter le Betis. Une victoire et l’on était quasi-assuré de se qualifier pour le tour suivant.

À peine le coup de sifflet initial donné par l’arbitre, on se montrait entreprenant. Ainsi notre ailier profitait d’une mésentente de la défense sévillane pour m’adresser un centre à l’entrée de la surface. Je choisissais d’assurer mon geste d’une reprise du plat du pied gauche au détriment du coup de pied. Malheureusement, je ne trouvais pas le cadre à mon grand dam et celui de mon équipe (1e). Le ton était donné.
On gardait le monopole du ballon et la maîtrise du jeu. De ce fait, le Betis n’opérait que par contre mais allait réellement se montrer menaçant suite à une longue balle dans le dos de notre défense. L’attaquant résistait au retour de notre central avant d’enchaîner d’une frappe croisée que notre portier repoussait parfaitement (36e). Entre-temps, on s’était créé quelques opportunités venues par des centres (20e, 30e) ou sur phases arrêtées (18e, 25e).
On se dirigeait vers la mi-temps sur ce score vierge, d’autant que suite à un contre rapidement mené, notre meneur de jeu me lançait parfaitement dans la profondeur. Je résistais puis passais devant mon adversaire direct qui, en position de dernier défenseur, n’eut d’autre solution que de littéralement se jeter sur moi. Je m’écroulais dans la surface. Les 22 acteurs et le stade s’attendaient au sifflet de l’officiel qui ne broncha pas, pas de penalty (41e). On venait d’assister à un tournant du match.

La deuxième période démarrait et l’on se faisait surprendre. A l’angle de notre surface, l’ailier gauche sévillan se retrouvait face à notre gardien après un une-deux, et piquait son ballon dans la lucarne opposée (49e, 1-0). Deuxième tournant du match, puisque ce but était entaché d’un hors-jeu… une addition difficile à avaler. Mais on ne baissait pas les bras pour autant et on continuait nos efforts.
On remontait le ballon vers le but adverse et notre milieu, bien lancé par notre attaquant, réussissait à éliminer le gardien avant de frapper dans un angle restreint. Mais le ballon finissait sa course dans le petit filet extérieur (73e).
Dans la foulée notre central, monté aux avant postes sur coup franc, s’élevait plus haut que tout le monde pour placer sa tête, mais le dernier rempart du Betis repoussait le ballon en corner (78e).
Les locaux répondaient via un contre sur lequel leur attaquant était en duel avec notre numéro 1. Celui-ci s’interposait de fort belle manière (81e).

Le match se soldait sur notre premier échec européen cette saison. On apprenait cette fois-ci l’adage dominer n’est pas gagner à nos dépens. Toutefois, pas le temps de ressasser car dès lundi, on se déplacera pour aller défier Paços de Ferreira. »