Belenenses 3-1 Vitória SC

12 avril 2014

 

« Après notre contre-performance du week-end dernier, on se déplaçait en banlieue lisboète pour affronter Belenenses, où l’on avait à cœur de reprendre une dynamique de victoire.

 

Et on s’y employait de fort belle manière. Très rapidement j’étais stoppé irrégulièrement plein axe. Le coup franc était joué court et rapidement. Notre milieu tentait sa chance d’une frappe lointaine qui, détournée, prit le gardien à revers (3e, 0-1).

 

Une ouverture du score rapide qui nous boostait autant qu’elle abattait les locaux. De ce fait, on se présentait souvent dans la surface adverse avec des situations de centre ou de frappe sans pour autant trouver la faille (6e, 12e, 32e). 

On remportait la bataille du milieu de terrain, même si Belem pointait le bout de son nez (25e, 37e). 

On excellait dans la récupération du ballon, souvent dans la partie haute du terrain mais sur une intervention limite a mi-terrain j’allais me faire avertir d’un carton logique (15e).

Un avertissement qui allait avoir son importance….

On maîtrisait plutôt bien notre sujet, jusqu’à ce fait de jeu. 

Un ballon un peu court m’était adressé, que je tentais tout de même de récupérer. Une intervention plus maladroite que méchante qui aurait pu, avec plus de pédagogie, ne valoir qu’un avertissement verbal. Mais l’officiel en décidait autrement et n’hésitait pas une seule seconde à sortir la seconde carte jaune, synonyme de rouge et d’expulsion (36e).

Je laissais donc mes partenaires à dix, qui géraient parfaitement cette fin de première période. 

 

On menait au score à la pause.

 

L’objectif de cette seconde période était clair, préserver notre cage inviolée.

Mais Belenenses, en supériorité numérique, se montrait beaucoup plus pressant, et ce dès le retour des vestiares. Le décalage était fait côté droit. Le latéral, bien que clairement hors-jeu, pouvait alors servir son attaquant seul au point de penalty qui finalisait (1-1, 51e). 

Une seconde décision, ou plutôt première non-décision arbitrale importante pour l’issue de ce match. 

Pas vernis, ni aidés, il était de plus en plus difficile pour nous de se montrer en zone offensive, espérant préserver ce point du match nul. 

Mais c’était sans compter une autre décision capitale! Un penalty était accordé suite à une main qui, là-aussi,  pouvait mériter une issue différente. Quoi qu’il en soit, le joueur lui ne se posait aucune question, donnant ainsi l’avantage à son équipe d’un contre-pied (2-1, 79e).

Loin d’être résignés, malgré la fatigue qui se faisait sentir, on lançait nos dernières forces dans la bataille, nous procurant de belles situations pour revenir au score. A l’image de ce coup franc superbement frappé, et dévié de la tête, qui semait le trouble dans la défense qui se dégageait tant bien que mal (82e). Ou sur ces deux tentatives légèrement excentrées, l’une côté droit, l’autre côté gauche, qui malheureusement terminaient l’une comme l’autre dans le petit filet extérieur (85e, 88e). 

L’expulsion de l’attaquant local après un coup de coude (90e) ne nous profita pas puisqu’on allait se faire surprendre en contre. Avec ce troisième but dans les arrêts de jeu, un véritable coup de poignard nous était donné. L’attaquant servi à l’entrée de la surface enchaînait contrôle puis frappe, trompant la vigilance de notre gardien et scellant le sort du match (90e+2, 3-1). 

 

La réception ce jeudi, de Arouca, rencontre à laquelle je ne pourrai malheureusement pas prendre part suite à cette expulsion, sera une nouvelle occasion d’endiguer cette spirale négative dans laquelle nous nous trouvons ».