Gabon 0-0 Congo
8 juin 2013

« Pour le compte de la 4ème journée d’éliminatoires comptant pour la Coupe du monde 2014, le calendrier nous faisait effectuer le -très- court voyage jusqu’à Franceville, au Gabon.

Un match capital contre les Panthères nous y attendait puisqu’en cas de victoire, on était quasiment assuré de sortir de cette phase de poule.

Mais on décida, en ce début de match, de laisser volontiers le ballon à notre adversaire, l’obligeant à faire le jeu.
Un véritable casse-tête pour les locaux, tant notre bloc-équipe était compact et difficile à manoeuvrer, laissant très peu d’espaces.
Ils s’en remettaient donc à des tentatives lointaines, sans aucune frayeur pour nous (21e, 38e).
Parallèlement, les Gabonais laissaient, eux, des espaces qui auraient pu nous profiter. À l’image de cette intervention salvatrice du portier adverse, dans les pieds de notre milieu de terrain (13e).
Ou encore cette frappe lourde, bien captée par ce même gardien (25e).
Un 0-0 somme toute logique à la mi-temps.

Le début de seconde période était à notre avantage, avec plusieurs coups de pieds arrêtés aux abords de la surface de réparation gabonaise, sans toutefois prendre à défaut leur arrière-garde (50e, 57e, 62e).
Contraint à la victoire, notre hôte se jetait donc à l’attaque de notre but.
C’était sans compter sur notre volonté de garder notre cage inviolée, et notre défense a maîtrisé son sujet tout le long de la partie.
Ainsi, les Panthères s’essayaient maladroitement (60e, 70e), ou étaient signalées en position irrégulière.
Pendant ce temps, leur portier était mis à rude épreuve. Comme sur cette frappe aussi soudaine que puissante de notre latéral, que le gardien détournait de fort belle manière (65e).
Mais surtout sur ce terrible boulet de canon décoché depuis trente mètres par notre attaquant, qui venait d’entrer en jeu (78e). Malheureusement le tir venait s’échouer sur la barre transversale, rebondissait devant la ligne et repartait…
Le scénario idéal était tout proche.

Mais ce nul blanc est tout de même une belle opération comptable puisque l’on reste solide leader du groupe E, avec 4 points d’avance sur le Burkina Faso.

Une finale se dessine donc, samedi prochain à Pointe-Noire, face aux Étalons.
En cas de victoire ou de match nul, nous décrocherions notre ticket pour l’ultime étape -une confrontation aller-retour face au premier d’un autre groupe – avant le summum : la Coupe du monde… »