Vitória SC 4-0 Rijeka

19 septembre 2013

 

« Après être apparu pour la première fois dans le groupe, parti s’imposer à Rio Ave sur le fil (0-1), le week-end passé, sans toutefois entrer en jeu, je profitais de l’Europa League et de la réception des croates de Rijeka pour fêter ma première titularisation avec le Vitoria Sport Clube. 

En ce début de match, mes néo-partenaires et moi entrions timidement dans la partie, ce qui a failli nous coûter cher, lorsqu’une mésentente entre nos deux centraux allait profiter à l’attaquant croate qui butait finalement sur notre défenseur revenu en catastrophe (8e).

Un avertissement sans frais, qui allait nous mettre dans le bain.

De suite après, une récupération haute allait donner l’opportunité à notre milieu qui avait subtilisé le ballon d’aller prendre la température du gardien, d’une frappe sèche, malheureusement ce dernier répondait présent et renvoyait le ballon dans les pieds de notre attaquant qui ne put convertir l’occasion en but (12e).

On continuait notre pressing sur notre adversaire du soir et je me retrouvais à la lutte avec le défenseur dans la surface. Je résistais à la charge mais un retour in extremis du latéral contrariait mon tir (14e). Ce n’était que partie remise puisqu’après un joli mouvement collectif, le ballon me revenait à l’entrée de la surface mais cette fois-ci, un faux-rebond inopportun venait faire prendre de la hauteur à mon tir enroulé (23e).

On semblait prendre la mesure de notre adversaire, se créant de véritables opportunitées (26e, 31e).Mais c’est sur un coup de pouce des visiteurs que notre domination allait se matérialiser.Une relance mal assurée du dernier défenseur croate allait donner la possibilité à notre avant-centre de tacler dans les pieds du gardien et de lui ravir le ballon pour le pousser dans le but. Mais le défenseur sauvait sur sa ligne et envoyait le ballon en corner (34e).

Corner, que j’allais moi-même exécuter. Le cuir était mal renvoyé, le second ballon nous était favorable et notre défenseur devançait la sortie du gardien pour pousser le ballon dans le but vide (1-0).Une juste récompense. On regagnait le vestiaire sur ce maigre avantage.

 

On reprenait la deuxième période comme on avait terminé la première. Dans nos trente derniers mètres, j’arrachais le ballon dans les pieds de mon adversaire direct avant de littéralement mettre sur orbite notre attaquant, parti à mi-terrain sur le flanc droit de notre attaque, qui allait déposer son vis-à-vis avant de donner un véritable cadeau à notre allier gauche qui seul aux six mètres poussait tranquillement le ballon au fond des filets (47e). Le break était fait au meilleur moment.

On gérait la suite du match, tout en continuant à se procurer des occasions nettes (55e, 59e, 73e).Pendant que Rijeka répondait timidement (63e).Une énième attaque placée allait déboucher sur un penalty justifié après un accrochage dans les seize mètres. Sanction immédiate, puisque le penalty était transformé (3-0, 66e). On allait même corser l’addition. Suite à un coup franc surpuissant de notre milieu, que le gardien ne parvenait pas à capter, la défense repoussait temporairement le ballon qui revenait dans les pieds de notre numéro 6, celui-ci frappant encore plus fort. Une fois de plus, le dernier rempart ne put se saisir du cuir, et notre numéro 11, à l’affût, pouvait faire trembler les filets pour la quatrième fois de la soirée (80e). La messe était dite. Deux minutes plus tard, esseulé au point de penalty, après un très bon centre en retrait, je ne parvenais malheureusement pas à ajuster la mire. Énorme déception (82e). Mais l’essentiel était ailleurs, on venait de faire une entrée fracassante dans cette Europa League version 2013/2014.

 

Prochain rendez-vous, dimanche 18 heures, avec la réception du Benfica Lisbonne. »