Vitória SC 0-1 SL Benfica

22 septembre 2013

 

« Pour le compte de la 5ème journée de la Liga ZON Sagres, on accueillait au stade D. Afonso Henriques, le Benfica Lisbonne, candidat au titre.  

Et en ce début de rencontre, la bataille du milieu de terrain faisait rage, avec des duels disputés de part et d’autres, ce qui donna quelques coups de pieds arrêtés. Et c’est sur l’un d’eux que les Lisboètes allaient se créer la première situation du match, avec une tête qui passa au dessus de notre cage (4e).

On répondait dès lors. Sur un changement d’aile et un centre en une touche, de volée, le ballon arrivait sur la tête de notre milieu qui ne cadrait pas sa déviation (18e).

Benfica, toujours sur coup de pied arrêté, sollicitait notre portier qui captait aisément le ballon (26e).

On répondait du tac-o-tac, avec un enchaînement -contrôle, reprise de volée- de grande classe de notre milieu prenait la direction du petit filet et obligeait le gardien visiteur à se détendre pour détourner le ballon en corner (27e).

Dans la continuité, les Aigles, suite à une série de passes devant notre surface qui allait permettre à l’ailier de se présenter face à notre numéro 1, qui veillait parfaitement au grain (37e).

La dernière opportunité de cette première période était à mettre à notre actif, avec une belle frappe de notre sentinelle qui allait donner quelques frissons à notre adversaire (42e).

 Un premier acte très enlevé, où l’on tenait la dragée haute à notre hôte.

 

Le second repartait sur les mêmes intentions. A l’image de ce jaillissement de notre latéral qui interceptait le ballon, me le transmettait, mais ma frappe était trop écrasée pour inquiéter le gardien (50e). Quelques minutes plus tard, notre latéral gauche, en duel avec son adversaire, allait écoper d’un second carton jaune synonyme d’expulsion (60e). Ce qui allait forcément changer nos plans.

De fait, les joueurs de la capitale poussèrent, sans pour autant franchement nous inquiéter. Malheureusement, c’est sur phase arrêtée qu’on allait se faire surprendre, un corner précisément. Le ballon était mis en retrait à mi hauteur au point de penalty, la frappe taupée de l’attaquant rebondissait sur le torse de notre défenseur, avant de finir sa course dans le but (0-1, 72e). Pas franchement veinards sur le coup.

On essayait bien de répondre à notre tour sur de multiples balles arrêtées (76e, 82e, 91e,92e), mais toujours un joueur du Benfica pour anéantir nos efforts. 

 

La défaite était là, la frustration aussi.

Mais aucunement le temps de cogiter car dès vendredi, on se déplacera à Porto, pour y affronter un autre candidat au titre. »